Retour

Source de Globe_tellure_original.tex

Fichier TeX
\documentclass{article}
\usepackage[latin1]{inputenc}
\usepackage[T1]{fontenc}
\usepackage[garamond]{mathdesign}
\renewcommand{\ttdefault}{lmtt}
\usepackage{graphicx}
\usepackage[a4paper]{geometry}
\usepackage[french]{babel}
\begin{document}
Un globe terrestre sans aucun mécanisme, à condition que son
axe soit parallèle à celui de la Terre, exposé aux rayons
directs du Soleil représente pour le jour, très exactement, la
répartition de l'ombre et de la lumière sur la surface de notre
planète.

La figure 168 donne l'aspect d'un globe avec son support. Son
axe se trouve dans le plan vertical et fait avec l'horizon
l'angle égal à la latitude du lieu (Paris, 49° environ), si la
planche AB est horizontale. Pour rendre l'axe du globe
parallèle à l'axe de la Terre on fait correspondre la ligne NS
avec la méridienne du lieu (à l'aide d'une boussole\footnote{%
Note : Il ne faut pas oublier que l'aiguille aimantée marque (à
Paris) 22° environ ouest du point N de la boussole. L'axe du
globe doit être fait en laiton, puisque le fer a la faculté de
déranger l'aiguille.}, par exemple).

Les rayons solaires éclairent toujours la moitié d'une sphère,
quelle que soit sa dimension : planète ou petit globe. En
comparant la répartition de l'ombre et de la lumière des deux
sphères aux axes parallèles, on remarque que la ligne de
séparation d'ombre et de lumière coupe l'équateur ainsi que les
autres cercles de ces sphères de manière analogue. Il s'ensuit
que la répartition de l'ombre et de la lumière du globe sera
exactement le même que celle de notre planète.

Le globe reproduit la répartition de l'ombre et de la lumière,
non seulement pour le jour, mais aussi pour \textit{le moment
du jour}, lorsqu'il est tourné vers le Soleil du même côté que
la Terre. L'endroit qu'on examine sur le globe (Paris, par
exemple) doit être dans ce cas placé dans le plan méridien du
lieu et occuper le point le plus élevé du globe (voir la
figure). C'est alors que les deux hémisphères du globe,
l'hémisphère sombre ainsi que l'hémisphère éclairé,
correspondront tout à fait à celles de la Terre : l'hémisphère
éclairé a \textit{réellement} le jour, et l'hémisphère opposé
ne voit pas le Soleil.
\begin{center}
\includegraphics[scale=1]{globe_tellure.png}
\end{center}
En observant le globe, ainsi installé pendant quelques minutes,
il est facile de remarquer que la ligne de séparation d'ombre
et de lumière ne reste pas immobile. Les contrées du côté droit
(si l'observateur est tourné vers le Soleil) sortent de
l'ombre, et celles du côté gauche y entrent. Les premières ont
alors \textit{réellement} le lever du Soleil et les secondes,
son coucher.

Le globe, faisant la double révolution avec notre planète, dans
la durée d'une année reproduira dans la répartition de l'ombre
et de la lumière tous les changements qui se manifestent sur la
Terre pendant une période annuaire. Ainsi au jour et au moment
données, le globe offrira le même spectacle que la Terre
elle-même, éloignée de nous à une distance qui permettrait de
la voir toute entière.


\begin{flushright}
 pages 255, 256 et 257 de \textit{Les récréations scientifiques}
de Gaston Tissandier chez G.Masson éditeur (1885) 2ème édition.
\end{flushright}




\end{document}